PC-3M-Luc-C6 - Un modèle pour le carcinome de la prostate

AUTEUR :

Erin Trachet, conseillère scientifique, oncologie/directrice, développement de propositions

DATE :

Janvier 2017

Le cancer de la prostate est le deuxième type de cancer le plus répandu au monde chez les hommes. Le cancer de la prostate touche essentiellement les hommes plus âgés, 99 % affectant les hommes de plus de 50 ans. Aux États-Unis, les hommes afro-américains sont environ 70 % plus susceptibles de recevoir un diagnostic de cancer de la prostate que les hommes blancs. La détection précoce du cancer de la prostate est très complexe. Malheureusement, les patients sont asymptomatiques jusqu'à une phase avancée de la maladie, ce qui leur laisse des options de traitement limitées. Cette détection tardive est aussi à l'origine d'une augmentation des maladies métastatiques. Le cancer de la prostate à un stade avancé produit en général des métastases osseuses et ganglionnaires. Étant donné le pronostic peu optimiste pour les patients (taux de survie à cinq ans de 28 %) à un stade avancé de la maladie (stade III ou IV), les modèles cliniques prédictifs sont nécessaires pour évaluer de façon fiable les traitements envisageables. Dans la plupart des cas de cancer avancé de la prostate, la résection chirurgicale est le meilleur plan de traitement. Cependant, cela signifie qu'il faut traiter les lésions métastatiques par chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie.  Si les modèles de xénogreffes sous-cutanées sont essentiels, ils ne rendent pas compte de la complexité du cancer qui se développe dans le tissu d'origine ni des défis que pose le traitement des métastases avancées. Les modèles orthotopiques et métastatiques fournissent une voie intéressante pour l'évaluation de la réponse au traitement, mais aussi pour étudier l'impact sur le tissu d'origine et le microenvironnement tissulaire, ce qui peut avoir une importance majeure au moment de préserver la qualité de vie.

Modélisation orthotopique

Pour répondre à ce besoin ignoré, Covance a développé un modèle de prostate orthotopique et métastatique, PC-3M-Luc-C6. Cette lignée cellulaire a été transfectée avec de la luciférase, qui permet de surveiller la maladie et la réponse à celle-ci via l'imagerie par bioluminescence (BLI). Le modèle orthotopique est implanté directement dans la glande prostatique. La croissance de la tumeur orthotopique dans la prostate est importante, avec une maladie avérée dès le jour 7 (Figure 1).

  

Fig 1 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Images représentatives de la progression de la maladie - Contrôle non traité
Fig 1 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Images représentatives de la progression de la maladie - Contrôle non traité

 

Le traitement à base de docétaxel a agi, produisant une réduction significative de la charge tumorale orthotopique (figure 2). Comme prévu, le traitement hebdomadaire par intraveineuse à base de docétaxel (20 mg/kg) est à l'origine d'une perte de poids. Le poids perdu a été récupéré après la fin de la thérapie (figure 3).

Fig 2 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Signal BLI de la charge tumorale totale moyenne
Fig 2 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Signal BLI de la charge tumorale totale moyenne
Fig 3 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Pourcentage moyen de variation de poids
Fig 3 : carcinome de la prostate humaine orthotopique PC-3M-Luc-C6 - Pourcentage moyen de variation de poids

Modélisation des métastases

Afin de reproduire la maladie métastatique, les cellules PC-3M-Luc-C6 sont injectées dans le ventricule gauche du cœur par injection intracardiaque. Ceci distribue les cellules dans tout le corps et leur permet de s'établir dans les os en particulier. Les animaux sont répartis par stade et placés dans des groupes de traitement en fonction du signal de la BLI osseuse totale. L'évolution de la maladie est suivie avec la BLI pendant toute la durée de l'étude (figure 4).

Figure 4 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Images représentatives de la progression de la maladie - Véhicule contrôle
Figure 4 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Images représentatives de la progression de la maladie - Véhicule contrôle

 

Le traitement hebdomadaire à base de docétaxel (par intraveineuse à 20 mg/kg) a aussi été efficace contre les métastases (figure 5). La perte de poids est fréquente avec ce modèle lorsque la maladie progresse et il a été montré que le traitement à base de docétaxel produit une perte de poids pendant le traitement (figure 6). Cependant, une fois la thérapie terminée, les animaux du groupe traité au docétaxel ont repris le poids perdu. C'est une autre preuve que le traitement au docétaxel a été efficace.

 

Fig 5 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Signal BLI de la charge tumorale osseuse totale moyenne
Fig 5 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Signal BLI de la charge tumorale osseuse totale moyenne
Fig 6 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Pourcentage moyen de variation de poids
Fig 6 : carcinome de la prostate humaine métastatique PC-3M-Luc-C6 - Pourcentage moyen de variation de poids

Covance a davantage optimisé un modèle métastatique des os longs avec le PC-3M-Luc-C6 ; informations non présentées ici. Veuillez nous contacter si vous souhaitez parler de ce modèle ou des données de notre PC-3M-Luc-C6.

 

Remarques : les études ont été réalisées conformément aux réglementations applicables pour le bien-être animal et dans un centre agréé par l'AAALAC.