Investir dans l'avenir de la médecine de précision

Investir dans l'avenir de la médecine de précision

Dans de précédents articles sur ce blog, nos scientifiques ont décrit l'état actuel de la médecine de précision, notamment ses rapports avec les diagnostics compagnons et l'immuno-oncologie. En tant qu'entreprise, nous nous sommes intéressés de près à ce domaine de la médecine pratiquement dès le départ, depuis plus de 20 ans. LabCorp Diagnostics a développé le dosage des essais cliniques et servi de laboratoire central pour les études sur le cancer du sein HER2 positif lors du développement du trastuzumab. La société a fourni des données analytiques à partir des tests pour les tests dans le laboratoire associé d'immunohistochimie qui ont donné le premier diagnostic compagnon approuvé par la FDA. Plus récemment, Covance a joué un rôle clé dans les efforts de développement du pembrolizumab, le médicament qui a été utilisé avec succès pour traiter le mélanome de l'ex-président américain Jimmy Carter, et son diagnostic compagnon associé.

Au cours des deux dernières décennies, notre entreprise a largement démontré sa capacité au niveau du développement et du spectre de commercialisation. Nous avons :

  • Pris en charge le développement d'environ 75 % des diagnostics compagnons approuvés par la FDA, notamment avec les agréments HER2, KRAS, EGRF, BRAF et ALK
  • Le leadership dans les versions des diagnostics in vitro (IVD) et des analyses développées en laboratoire (LTD) des diagnostics compagnons
  • L'expérience des diagnostics compagnons à travers divers domaines thérapeutiques comme l'oncologie, le domaine cardiovasculaire, le système nerveux central, les maladies infectieuses et les inflammations
  • Une expertise dans la commercialisation des thérapies associées aux diagnostics compagnons en termes de validation, analyse, réglementation et soutien dans l'accès aux marchés.

Et ce n'est là qu'un début, avec un marché prévoyant un budget de plus de 87 milliards de dollars pour la médecine de précision à l'horizon 2023.[i]

Le futur de la médecine de précision
La première vague d'immunothérapies est en train de démontrer de nettes avancées au sein de la communauté médicale et pour les patients qui, désormais entendent parler de ces traitements révolutionnaires non seulement par le biais de leurs médecins, mais aussi de la publicité à la télévision, dans les magazines et sur les réseaux sociaux. Le futur de ces nouveaux médicaments et de leurs dosages de biomarqueurs associés impliquera un niveau de complexité plus avancé. Les diagnostics compagnons ont de manière générale ciblé un seul changement génétique ou protéomique, tel qu'une mutation de gène ou une altération dans la structure ou l'expression d'une protéine. En progressant, ces tests se concentreront sur l'évaluation des multiples analytes ou cibles liés à la biologie de la maladie et l'approche thérapeutique spécifique.

Des technologies plus récentes et évoluant rapidement nous aideront à préparer le terrain pour ces avancées. Par exemple, la suite de tests de biomarqueurs pour l'immuno-oncologie prévoit des tests sur les cellules tels que la cytométrie en flux, des dosages tissulaires incluant des approches via anatomopathologie et immunohistochimie et des tests génomiques qui évaluent la charge mutationnelle, les néo-antigènes, l'expression génétique de la réponse immunitaire et l'instabilité microsatellitaire. Lors du récent congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), l'instabilité génomique/microsatellitaire et la charge mutationnelle tumorale ont démontré qu'elles étaient des éléments importants pour prédire la réponse à l'immunothérapie pour les différentes formes de cancer. De plus, d'autres technologies et applications récentes commencent déjà à démontrer des résultats prometteurs. C'est notamment le cas de la biopsie liquide et du profilage de l'expression génétique et des gènes de la réponse immunitaire.

Il restera d'autres défis à relever, du développement du dosage à la commercialisation. Du point de vue de la commercialisation, un diagnostic compagnon n'est rentable et viable que s'il modifie la pratique clinique. Il doit être facile à utiliser pour le clinicien et fournir des données ponctuelles, afin que le médecin et le patient puissent prendre des décisions rapides et précises. Il doit aussi être abordable pour le patient et rentable pour le système de santé.

Un nouveau labo pour une nouvelle ère
Nous nous préparons pour ce niveau de complexité scientifique et avons anticipé la demande des clients avec l'ouverture d'un laboratoire de diagnostics compagnons de pointe à Morrisville en Caroline du nord. Ce nouvel espace scientifique fait partie d'un complexe polyvalent accueillant également des laboratoires pour les pathologies génomiques et moléculaires en soutien des essais cliniques et du développement des dosages des diagnostics compagnons, et un laboratoire à résonance magnétique nucléaire (RMN) qui abrite le premier spectromètre RMN agréé par la FDA et qui sert à identifier et quantifier les concentrations de lipoprotéines et de métabolites des petites molécules. Les structures de fabrication des matériaux servant au diagnostic et les composants utilisés pour les essais sont aussi sur le site.

De plus, la situation géographique de ce laboratoire complet réservé aux diagnostics compagnons offre un accès pratique aux laboratoires spécialisés de LabCorp tout proches, notamment le centre de pathologie et de biologie moléculaire situé dans le Research Triangle Park et le centre d'analyses spécialisées de Burlington. Ces structures, qui accueillent de nombreux scientifiques et chercheurs de renom dans leurs domaines respectifs, créent un point névralgique pour le développement et la commercialisation de diagnostics dans le domaine de la médecine de précision.

Comme en attestent notre histoire et notre engagement récent, nous avons participé à l'établissement de bases pour la science, le soutien réglementaire et la commercialisation des nouvelles thérapies et des diagnostics compagnons. Cet investissement structurel, spécifique et opportun nous permettra de continuer à explorer de nouvelles pistes dans le traitement personnalisé de certaines maladies parmi les plus mortelles.

Plus d'informations sur notre nouveau laboratoire.

[1] http://www.prnewswire.com/news-releases/precision-medicine-market-size-to-exceed-87-billion-by-2023-global-market-insights-inc-599454691.html

Steve Anderson PhD

Le docteur Steven Anderson est directeur scientifique de Covance. Il dirige le développement et la mise en œuvre de la stratégie scientifique au cœur des différentes unités de Covance et coordonne les équipes scientifiques. Avant de devenir DSG chez Covance, il a occupé différents postes scientifiques, techniques et administratifs au sein de LabCorp. Le Dr. Anderson est membre de plusieurs sociétés professionnelles dont l'American Association for Cancer Research, l'American Society of Clinical Oncology et l'Association for Molecular Pathology. Ses recherches portent sur le développement des diagnostics moléculaires et leurs applications, dont plusieurs exemples récents de diagnostics compagnons actuellement utilisés dans le suivi des patients. Il est l'auteur de plus de 175 articles et résumés parus dans des publications universitaires telles que Genetics, Proceedings of the National Academy of Sciences, Clinical Chemistry, Journal of Infectious Disease, Human Pathology, American Journal of Obstetrics and Gynecology, Oncogene, Journal of the National Cancer Institute, Clinical Cancer Research, Breast Cancer Research, BMC Cancer, Journal of Molecular Diagnostics, Archives of Pathology and Laboratory Investigation et Expert Reviews in Molecular Diagnostics. Diplômé d'un PhD en génétique de l'université d'État de l'Iowa, il a effectué un postdoctorat auprès de l'American Cancer Society à l'Institut Waksman de l'Université de Rutgers.

Vous aimerez peut-être...

Articles populaires...