Étude de cas : développer un schéma posologique complexe pour une étude DART sur la maladie de Pompe

Amics Therapeutics, une entreprise de Cranbury, New Jersey (États-Unis), se spécialise dans la recherche de traitements pour tout un éventail de maladies rares et orphelines dévastatrices. Son principal programme de médicament biologique est ATB200/AT2221, une thérapie de remplacement de l'enzyme de la maladie de Pompe à la conception unique, qui sera administrée en association à un chaperon pharmacologique et testée sur plusieurs maladies génétiques humaines.

Un médicament en cours de recherche à demi-vie courte suggère un schéma posologique complexe, un jour sur deux

Le dialogue entre Amicus et Covance, commencé lors de la conférence 2017 de la Society of Toxicology, est à l'origine d'une vaste série d'études DART confiées à Covance, dans son centre pour l'excellence en biotechnologie de Greenfield, dans l'Indiana. Dès le début de la relation, un membre expérimenté de l'équipe DART américaine de Covance a fourni une consultation pour la conception de l'étude afin de la rendre plus compatible avec les directives et les attentes de la FDA.

L'intervalle de dosage proposé au départ risquait de ne pas être suffisamment serré pour fournir une évaluation solide de la toxicité développementale. Étant donnée la fenêtre limitée d'organogénèse (la période où la sensibilité est la plus élevée, lorsque les organes se forment) et la demi-vie courte du médicament recherché, il existait la possibilité que cette étude embryonnaire et fœtale passe à côté des périodes d'exposition clés de l'organogénèse.

Les recommandations suivantes d'un dosage un jour sur deux ont rendu l'étude beaucoup plus difficile à réaliser mais aussi plus susceptible d'être bien perçue par les agents régulateurs. Cette expertise confirmée a aidé Amicus à accepter la conception modifiée.

Mettre en œuvre le schéma posologique

Ces études impliquent des protocoles de dosage très complexes, avec deux administrations orales (antihistaminique et chaperon), suivies d'une perfusion du médicament à l'étude. Les trois doses devaient être administrées à des intervalles précis (et rapprochés).

Selon le responsable de l'étude DART, « nous devions travailler comme un orchestre pour que tout soit bien dosé ».

En plus du dosage demandant des ressources importantes, le projet a été compliqué par des modifications du dosage, la reprogrammation du protocole et les changements d'étiquettes.

Un partenariat réussi entre entreprise biotechnologique et CRO

À mesure de la progression du programme à travers différentes espèces, une série de réunions en personne a permis d'instaurer compréhension et confiance. Les études de détermination des doses ont bien commencé et le degré d'implication des scientifiques de Covance et leur expertise technique ont permis de maintenir cette étude extrêmement complexe sur la bonne voie.

Pour une petite entreprise avec un nombre limité d'actifs d'accès, l'intérêt et l'attention pour le projet d'Amicus étaient élevés. Richie Khanna, PhD, l'une des premières employées d'Amicus, est actuellement directrice de la pharmacologie in vivo et la principale investigatrice pour la bioanalyse du médicament expérimental : « Ces études sont essentielles : tout dépend de la toxicologie. »

« Je n'ai jamais douté des capacités de Covance, commente Richie Khanna. Ils ont répondu présents sur tous les fronts : transparents, conciliants, très réactifs. Tout s'est passé comme j'imaginais que cela se passerait avec un partenaire. » Après quelques anicroches, « nous avons développé une confiance mutuelle qui s'est maintenue tout au long de notre relation. »

Depuis son lancement, plus de 60 membres du personnel de Covance ont participé à cette étude. Depuis lors, Amicus a confié quatre nouvelles études DART juvéniles à Covance, continuant sa quête pour trouver un remède à la maladie de Pompe et à d'autres maladies génétiques humaines.

Télécharger l'étude DART sur la maladie de Pompe dans son intégralité en PDF

Vous aimerez peut-être...

Articles populaires...