Une stratégie de recrutement différente est-elle nécessaire pour les études de biosimilaires contre la PR ? Réussir malgré l'augmentation du volume de programmes de développement de biosimilaires contre la PR.

Introduction

Recrutement pour les biosimilaires contre la PR

Bien qu'il existe une gamme de définitions réglementaires, un médicament biosimilaire est généralement défini comme une molécule biologique très semblable au médicament de référence, sans différence cliniquement significative en matière de sécurité, de pureté et de pouvoir. 1,2 De plus, les biosimilaires peuvent être définis comme réduisant les coûts de santé tout en maintenant une efficacité clinique et une sécurité semblables au médicament biologique d'origine.1

Globalement, le nombre de biosimilaires en développement actif est passé d'environ 70 en 2011 à environ 290 en 2016, avec environ 16 % des candidats en phase 1 et 23 % des candidats en phase 3. 3 En septembre 2016, environ 197 biosimilaires ont été lancés dans le monde entier, dont 23 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR). 3 La PR est l'indication la plus active dans les programmes de biosimilaires. 3 En mai 2017, on comptait approximativement 27 études de phase 1-3 de biosimilaires contre la PR planifiées/en cours.4 Humira d'AbbVie (adalimumab) est le principal médicament biologique de référence avec le plus grand nombre de candidats biosimilaires (27 en développement mondial - des essais précliniques à la phase III), en septembre 2016.5

Comme les autorités réglementaires de certains marchés émergents ont un système d'autorisation moins rigoureux pour les biosimilaires (c.-à-d. qu'elles n'exigent pas de données comparatives directes comparant le nouveau produit au médicament biologique innovant ou de référence), qui ne répondent donc pas aux exigences rigoureuses des organismes établis (p. ex. États-Unis, UE, OMS, etc.) pour démontrer la « biosimilarité », un grand nombre de « médicaments biologiques similaires » sont déjà sur le marché dans certains pays en développement - en août 2016, l'Inde a approuvé plus de 60 « médicaments biologiques similaires ».5

Principaux problèmes concernant le recrutement pour les études

Comme la concurrence pour les patients atteints de PR s'intensifie avec la mise au point de nouveaux traitements innovateurs et l'augmentation du nombre d'études sur la PR visant à évaluer l'efficacité et la sécurité des agents biosimilaires, il est de plus en plus difficile d'identifier suffisamment de sites de premier plan avec des patients et des ressources disponibles. Par conséquent, les études nécessitent un plus grand nombre de sites que ne le laissent supposer les données historiques de recrutement et/ou les périodes de recrutement prolongées.

Un autre facteur qui influe fortement sur la stratégie de recrutement la plus efficace pour les essais de biosimilaires contre la PR est la question de savoir s'il faut inclure uniquement les patients naïfs de traitement biologique par opposition aux patients atteints de PR connaissant les biologiques. Ce choix déterminera l'emplacement géographique des sites prévus, puisque le ciblage des patients n'ayant jamais reçu de traitement biologique nécessitera de se tourner vers des pays autres que les marchés les plus établis (p. ex. les États-Unis et l'Europe occidentale), où une proportion importante des patients atteints de PR modérée à grave ont déjà été traités par des agents biologiques.6 De plus, l'enthousiasme pour les biosimilaires et, dans une certaine mesure, l'expérience et l'aisance concernant leur utilisation, sont beaucoup plus élevés dans les marchés émergents où l'accès aux médicaments biologiques d'origine a généralement été limité par les coûts. Au contraire, en Amérique du Nord et en Europe occidentale, les patients sont peu incités à participer à des études cliniques sur les biosimilaires, car il existe déjà des niveaux importants de remboursement des produits biologiques par la Sécurité sociale ou les mutuelles d'assurance maladie.7

Comme nous l'avons mentionné dans un article de blog précédent 7, le groupe existant de chercheurs sur la PR est saturé d'études cliniques axées particulièrement sur de nouveaux traitements innovateurs. À cela s'ajoute qu'une partie de ces chercheurs ne sera tout simplement pas intéressée à participer à des études cliniques sur les biosimilaires, car leur mécanisme d'action, leur efficacité et leur profil de sécurité sont (par définition) bien établis.

Solutions de recrutement

Il est évident que le succès d'une étude sur un biosimilaire contre la PR exige une approche différente. Covance se consacre à assister ses clients dans le développement de biosimilaires et propose un certain nombre de solutions de recrutement :

  • Une portée mondiale, permettant de cibler les pays des marchés émergents où, si nécessaire, l'accès aux patients naïfs aux produits biologiques est plus important que sur les marchés développés, et où l'enthousiasme pour les biosimilaires est plus grand.
  • Une récente campagne mondiale de recherche des chercheurs sur la PR a permis d'établir une base de données de plus de 1000 chercheurs qui ont confirmé leur intérêt à participer à des études sur les biosimilaires contre la PR (voir le tableau 1). Cette base de données permettra à Covance et à nos clients de cibler immédiatement un groupe de médecins réceptifs pour de futures études sur des biosimilaires contre la PR, facilitant ainsi des économies de temps, d'efforts et d'argent lors des activités d'identification de sites spécifiques aux études.

Tableau 1 : distribution régionale des sites intéressés par les études sur les biosimilaires contre la PR

RégionNombre d'investigateurs intéressés par les études sur les biosimilaires
Amérique du Nord234
Amérique latine178
Europe de l'Ouest152
Europe de l'Est358
Asie-Pacifique117
Moyen-Orient et Afrique du Nord6
Afrique du Sud17
TOTAL1062
  • Des relations établies avec des spécialistes du recrutement qui ont l'expertise nécessaire pour donner une meilleure image des essais cliniques auprès des rhumatologues, des patients et des groupes de défense des intérêts des patients.
    • Sans doute une ressource sous-utilisée par le passé dans les études sur la PR, peut-être en raison de la prévalence de la maladie, le paysage actuel des essais cliniques sur la PR exige maintenant leur participation.
  • Une meilleure formation des médecins participant actuellement à des recherches ou ayant envie de faire de la recherche clinique. En particulier, le concept de biosimilaires et le type rigoureux de données requises pour démontrer que les biosimilaires sont d'une efficacité et d'une innocuité comparables afin qu'ils puissent être indiqués pour la PR ou d'autres indications.
  • Aux États-Unis, la base de données exclusive de notre société mère (LabCorp) contient plus de {324 000 patients atteints de PR anonymisés ; par conséquent, Covance a la capacité de déterminer avec précision la densité des patients/les points précis spécifiques à une indication et alignés avec des groupes de médecins traitant qui ne sont pas des investigateurs actifs. L'établissement d'un lien entre ces données de poids et l'initiative de formation des médecins susmentionnée offre la possibilité d'identifier de nouveaux chercheurs ainsi que les sites de référence proches. De plus, les patients qui utilisent les installations de laboratoire de LabCorp se voient offrir la possibilité de s'inscrire, c'est-à-dire d'être contactés directement pour participer à des essais cliniques. Déjà, alors que cette initiative en est à ses débuts, plus de 1300 patients atteints de PR se sont inscrits.

Les premières estimations des réductions de prix que les biosimilaires pourraient offrir par rapport à la gamme de produits innovateurs vont de 15 à 35 %, mais il existe des exemples où des réductions beaucoup plus élevées sont observées.8 Quelle que soit l'ampleur de la réduction, il est évident que les biosimilaires permettent d'accroître de façon significative l'accès des patients aux traitements très efficaces contre la PR. L'adhésion aux procédures réglementaires appropriées et l'utilisation des bonnes initiatives de recrutement stratégiques garantiront que des candidats biosimilaires soient mis au point le plus rapidement possible, ce qui permettra à une proportion beaucoup plus élevée de patients atteints de PR de profiter des avantages offerts par un certain nombre de traitements biologiques.  

Références

  1. Rompas S, Goss T, Amanuel S, et.al. Demonstrating value for Biosimilars: A conceptual framework. Am Health Drug Benefits. 2015 mai ; 8(3): 129-139.
  2. Food and Drug Administration américaine. Drugs: information for healthcare professionals (biosimilars). Mis à jour le 6 mars 2015. http://bit.ly/2gWwWM3
  3. Trends - Hot Topic ; Datamonitor Healthcare ; DMKC0166679 ; Publié le 18 novembre 2016
  4. Citeline Trialtrove
  5. Biosimilars in Emerging Markets; Datamonitor Healthcare; DMKC0172273
  6. Lai Z, La Noce A. Key design considerations on comparative clinical efficacy studies for biosimilars: adalimumab as an example. RMD Open 2016; 2: e000154. doi:10,11/rmdopen-2015-000154
  7. Disponibilité régionale et modèles de remboursement des thérapies biologiques de traitement des patients souffrant de maladie modérée ou grave (Covance.com)
  8. Yu B. Am J Manag Care. 2016;22(5):378