Toxicologie par inhalation : voie d'administration

Même si la voie orale est la voie d'administration de médicaments la plus fréquente, de nombreux patients préfèrent l'inhalation, si possible, aux piqûres ou à d'autres modes d'administration plus invasifs. Les études de toxicité par inhalation sont en train de devenir essentielles pour évaluer la sécurité et la toxicité potentielle des produits chimiques ou médicaments inhalés car les maladies respiratoires comme l'asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et la fibrose kystique deviennent aussi de plus en plus fréquentes.

Femme âgée en train d'inhaler

Pourquoi envisager la voie d'administration par inhalation

  • Simple d'utilisation pour les patients = meilleure adoption et observance Les médicaments inhalés sont préférés aux piqûres ou autres méthodes plus invasives. 
  • L'absorption du médicament est rapide. La membrane perméable du poumon permet une administration quasi-immédiate et un métabolisme rapide dans le corps, pour traiter rapidement les symptômes de départ. 
  • Un impact financier moindre sur les systèmes de santé. Les inhalateurs, qu'ils soient portatifs ou à dose mesurée, sont des technologies médicales courantes que le personnel et les patients à domicile connaissent déjà bien, ce qui en fait un outil peu complexe et peu coûteux pour le système de santé. 
  • Une nouvelle génération de techniques et de dispositifs inhalateurs. La 3e génération de dispositifs peut désormais inclure des produits techniques, potentiellement capables de réduire le volume de médicament nécessaire pour être efficace ainsi que les effets secondaires. 
  • Les avacées des dispositifs technologiquesLes nouveaux dispositifs ont fait des progrès impressionnants, comme le retour d'information électronique, le contrôle du volume, la charge électrostatique, les nanoporteurs spécialisés et l'administration compensée en humidité/température.  
  • Les brevets sur les dispositifs doivent pouvoir prolonger la durée de vie d'un produit. Vous devriez pouvoir bénéficier du brevet sur un dispositif, même après que le brevet pharmaceutique a expiré. 
Questions clés à se poser avant de se lancer dans une étude d'inhalation

Les questions essentielles à se poser avant de concevoir une étude d'inhalation


Les capacités de Covance en matière d'inhalation

Moins de matériel de test = plus d'économies

Le matériel de test coûte cher à fabriquer. Nous avons miniaturisé des systèmes d'administration en toxicologie pour réduire au minimum les pertes de matière par les volumes d'air, conçu un ensemble de masques faciaux en 3D pour prévenir les fuites et développé des techniques pour améliorer la biodisponibilité de l'objet testé, nécessitant un dosage plus faible.  

Expérience dans le développement intégré/conjoint

En tant que CRO offrant des services complets, nous vous proposons des modèles pharmacologiques d'efficacité pour les maladies respiratoires, des essais cliniques respiratoires, une équipe de développement de dispositif pour une association médicament/dispositif, et notre équipe d'accès aux marchés, qui saura vous aider à comprendre les stratégies complexes de tarification pour une association médicament/dispositif.  

Une équipe dédiée pour vous assister

Avec nos installations spécialement conçues pour la toxicologie de l'inhalation, nos capacités techniques d'aérosolisation en interne, notre personnel scientifique de renommée mondiale et nos directeurs d'études d'inhalation dévoués qui supervisent plus de 150 études d'inhalation chaque année, vous et votre molécule profiterez de tout le soutien désiré. Voici quelques-uns de nos scientifiques spécialistes de l'inhalation : 


Études de cas en inhalation et respiration

Utiliser un dispositif clinique dans une étude d'exposition préclinique

Réduire l'article d'essai pour une étude de 28 jours sur des rongeurs

Développer une étude de toxicité en inhalation chez les primates