HCC70 : un modèle de cancer du sein triple négatif

AUTEUR :

Maryland Franklin, PhD | vice-présidente, développement scientifique

DATE :

Août 2018

 

Le cancer du sein triple négatif (CSTN) représente 15 à 20 % de tous les cancers du sein. Il est dépourvu de récepteurs d'estrogène, de progestérone et d'amplification ou de surexpression de Her-2. Par conséquent, ces tumeurs ne répondent pas aux traitements hormonaux ou anti-Her2. Elles sont généralement traitées par une approche combinée de chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie. Bien que de nombreuses tumeurs triple négatives répondent très bien à la chimiothérapie, le pronostic des patientes est, en général, plus médiocre, avec des taux de rechute plus élevés avec une croissance tumorale agressive et un haut potentiel métastatique. Plus de 300 essais cliniques sont actuellement en cours pour le CSTN (www.clinicaltrials.gov), évaluant plusieurs agents uniques et des approches combinées avec la chimiothérapie, des traitements ciblés, l'immunothérapie et la radiothérapie. Sur le plan clinique, la radiothérapie est associée à un risque plus faible de récurrence locorégionale et plusieurs cas d'amélioration globale de la survie, par rapport aux patientes n'ayant pas bénéficié de la radiothérapie.1, 2

Sur le plan préclinique, il existe plusieurs méthodes pour tester les effets d'approches de radiothérapie cliniquement pertinentes. Covance dispose d'une plateforme de recherche pour la radiothérapie des petits animaux (SARRP ; Xstrahl) au sein de ses centres et peut vous proposer une solution à ce besoin préclinique actuellement non satisfait.

 

Évaluation de HCC70 avec paclitaxel et docétaxel

Chez Covance, la lignée cellulaire humaine HCC70 du CSTN peut être utilisée en tant que modèle de cette maladie, au niveau préclinique. Cette lignée cellulaire se développe bien suite à l'implantation sous-cutanée chez les souris NSG femelles (Figure 1A). Afin de déterminer si la chimiothérapie serait adaptée aux approches combinées, nous avons évalué le paclitaxel et le docétaxel. Nous avons observé une forte réponse au docétaxel et une réponse plus modérée au paclitaxel (Figure 1B), avec des effets minimes sur la perte de poids corporel (Figure 1C). La réponse au paclitaxel a été vérifiée ultérieurement, dans une autre étude (données non présentées).

Fig. 1A : croissance sous-cutanée de HCC70 chez les souris NSG femelles
Fig. 1A : croissance sous-cutanée de HCC70 chez les souris NSG femelles
Activité antitumorale du paclitaxel et docétaxel ; pourcentage de variation du poids corporel après le traitement par paclitaxel ou docétaxel

 

Réponse de HCC70 aux radiations

Pour déterminer les avantages du paclitaxel lorsqu'il est associé à l'irradiation focale, nous avons utilisé des souris porteuses de tumeurs HCC70 pour étudier les plans d'irradiation fractionnée (2,5Gy, 5 jours de traitement et 2 jours sans traitement, pendant deux cycles) et hypofractionnée (8Gy pendant 3 jours consécutifs).

Le modèle de tumeur HCC70 était sensible aux radiations. Nous avons découvert que l'irradiation hypofractionnée était associée à une réponse antitumorale légèrement améliorée, avec un profil de toxicité légèrement accru, en fonction de la perte de poids corporel (Figures 2A et 2B). Cependant, aucune des deux approches de radiothérapie n'a permis d'obtenir des survivants sans tumeur ; seulement une stabilisation prolongée de la tumeur, d'après les mesures du calibre (Tableau 1).

Diagrammes de croissance : irradiation focalisée pour HCC70


HCC70 – Tableau 1

 

Traitement combiné de HCC70 par irradiation et paclitaxel

Lorsque l'une des approches de radiothérapie était associée au paclitaxel, le résultat obtenu était une activité antitumorale accrue par rapport aux monothérapies (Figure 2C). De plus, nous avons observé un taux de survivants sans tumeur de 12,5 % et de régressions totales de 37,5 % suite au traitement combiné par irradiation fractionnée et paclitaxel. Cette activité antitumorale a atteint 87,5 % de survivants sans tumeur et 87,5 % de régressions totales avec l'irradiation hypofractionnée (Tableau 1). Le traitement hypofractionné a permis d'obtenir des avantages thérapeutiques supplémentaires, mais nous avons également observé une perte de poids corporel accrue (Figure 2D). Ainsi, le prix à payer pour profiter des avantages de l'irradiation hypofractionnée est une faible tolérance.

Diagrammes de croissance : activité antitumorale du paclitaxel dans le cadre d'un traitement combiné avec l'irradiation focale et pourcentage de variation du poids corporel suite au traitement par paclitaxel et irradiation focale pour HCC70

 

Présentation

HCC70 sera un modèle très utile pour toutes les personnes qui souhaitent étudier de nouvelles approches novatrices de traitement pour le CSTN, ainsi que pour les personnes souhaitant effectuer des tests sur les associations avec le paclitaxel et/ou la radiothérapie. Pour plus d'informations pertinentes, consultez notre affiche : « La radiation focale favorise le traitement par paclitaxel dans un modèle murin du cancer du sein triple négatif ».

Contactez Covance pour en savoir plus sur notre modèle HCC70 ou d'autres modèles du cancer du sein de notre catalogue.

1 Steward, L.T., et al., Oncol Lett. 2014 Feb; 7(2): 548–552. Impact of radiation therapy on survival in patients with triple-negative breast cancer.

2O’Rorke, M.A., et al., Cancer Treat Rev. 2016 Jun;47:12-21. The value of adjuvant radiotherapy on survival and recurrence in triple-negative breast cancer: A systematic review and meta-analysis of 5507 patients.

 


Remarques : les études ont été réalisées conformément aux réglementations applicables pour le bien-être animal et dans un centre agréé par l'AAALAC.